écoutez

Institut Français de Roumanie


> BUCAREST

> CLUJ-NAPOCA
> IASI
> TIMISOARA

 

Alliance Française
 

> BRAȘOV
> CONSTANȚA
> PITEȘTI
> PLOIEȘTI

écoutez

Contact

 

 

Adresse :
Institut Français de Roumanie
77, bd. Dacia  - 020051 Bucarest

 

 

Accueil :
du lundi au jeudi de 9h30 à 13h00 et de 14h00 à 18h30
le vendredi de 9h30 à 13h00 et de 13h30 à 16h30
le samedi de 9h30 à 15h00

 

Tél : (+40) 374 125 200
Fax : (+40) 374 125 271

 

 

Comment arriver à l’Institut :
Métro : Piața Romană
Bus :133, 135
Trolley-bus : 79, 86

Tram : 5, 16

écoutez

écoutez

écoutez

écoutez

écoutez

écoutez

écoutez

écoutez

 

 

 
écoutez

 

 

 

 Play Design Fair 

upcycling et des possibilités sans fin dans le design

 

 

Samedi et dimanche 28 Juin à 29, l'Institut Français de Bucarest et Chez Elvire deviendront les hôtes d'un événement-concept d’exception à la française, Play Design Fair. Le premier salon roumain de recyclage intelligent et design est un projet du bureau de consultance en image et style Code Noir Style, le seul bureau dans son genre en Roumanie.

 

Le salon est à sa première édition d'été et aura lieu sur la terrasse de Chez Elvire, boulevard Dacia. 77.

 

 

 

 

Avec humour, curiosité et vision sur les tendances et directions actuelles dans la mode et  lifestyle, l’événement met sous les projecteurs une tendance majeure internationale: l’upcycling dans l’univers du design contemporain.

 

Plus que du simple recyclage, on parle de création et de la réinvention en partent d’un objet ou matière ayant déjà vécu une vie. L’Upcycling est une attitude et un mode de vie où la beauté capte un nouveau sens, des formes et des idées.

 

 Pendant deux jours, Play Design Fair proposera une nouvelle perspective sur la mode et le design par une approche fraîche, des projections vidéos mode, du prêt-à-porter, des accesssoires ou bijoux des créateurs, des conférences, des sessions léjéres de networking et ... un peu de je ne sais quoi bien parisien. 

 

A vous, Mesdames et Monsieurs !

 

Entrée: 10 lei

 

 

 
écoutez

 

 


Noaptea de Sânziene
24 iunie 2014, orele 10.0024.00
Institutul Francez din București


Muzeul Național al Țăranului Român vă așteaptă marţi, 24 iunie 2014, de dimineață și până spre miezul nopții, în curtea Institutului Francez din București, pentru a sărbători Sânzienele sau Drăgaica și Ziua Universală a Iei, cu expoziție de ii din toate zonele României. Muzici și povestea Sânzienelor, ateliere de creativitate cu lecturi, proiecții... stele și mistere y compris.
 

 

 

 

 

 

 

 

 

Program:


10.0024.00 – în curtea IFB: ii de sărbătoare și cămăși de lucru, ii cu poale și ii fără poale, ie cu altiţă separată şi mânecă lungă, prinsă printr-o bentiţă, ii ciupag, ie de mireasă cusută din marchizet și brodată cu mătase albă, ie pe pânză de casă, cu brezărău, ii cu mărgele, ii cu fodori la mâneci, cămăși cu barburi și cămăşi încreţite la gât...

de la 12.00 și de la 16.00 - ateliere de creativitate pentru copii
18.00 - Sânzienele și miezul verii, o scurtă cuvântare etnologică susținută de Paul Drogeanu, etnolog
19.00 - concert unplugged Maria Răducanu - voce și chitară
20.00 - lectură din Noaptea de Sânziene de Mircea Eliade, cu actrița Adriana Mocca
20.30 - recital Maria Casandra Hauși, Mărturii străbune: cântece străvechi din Maramureș, doine de dor, de dragoste și hori păstorești, prezentate sub forma unui monolog muzical, părțile cântate vor alterna cu altele recitate. O poveste cu povețe pentru cel ce vrea să-nvețe...
21.30 - proiecție de filme de arhivă

Intrarea este liberă.
 

 
écoutez

 

Tournée « Wanlov & the Afro-gypsy band » en Roumanie

Fête de la musique

Juin 2014

 

Les albums de Wanlov Kubolor ont repoussé les limites de la culture afro-pop. Wanlov a introduit avec succès dans le monde de la musique cette sensibilité « Afro-gypsy ».

 

Emmanuel Owusu-Bonsu (Wanlov) est né en Roumanie d'une mère roumaine et d'un père ghanéen ; Wanlov a grandi par la suite au Ghana.

 

Son aventure artistique est forte de son histoire personnelle : il manifeste ce métissage de double culture et son album a été réalisé grâce à l’appui du dispositif Visa pour la création de l’Institut français avec une résidence à la Cité des Arts à Paris.

 

Le concert de Wanlov & the Afro-Gypsy Band, prix Mondomix 2013 au festival Babel Med à Marseille, sera diffusé dans cinq villes en Roumanie du 16 au 25 juin 2014 : Buzau, Ploiesti, Bucarest, Constanta, Cluj.

 

L’organisation de la tournée en Roumanie est assurée par l’Institut français de Roumanie (avec le soutien de la BRD – Groupe Société Générale), le groupe faisant partie du Programme Equation Musique de l’Institut français de Paris et de l’Organisation internationale de la Francophonie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Calendrier de la tournée en Roumanie

 

16 juin / 19h00 / BUZAU (Cafeneaua Artistilor)

20 juin /18h00 / PLOIESTI (Centre dramatique Mythos)

21 juin / 19h00 / BUCAREST (Club Control)

22 juin / 17h00 / CONSTANTA (Centre commercial Cora)

25 juin / 21h00 / CLUJ (Café La Cizmarie)

 
écoutez



Lista admisilor la sesiunea de examene DELF Prim 2014 : 

Instiut Français de Iași Instiut Français de Iași

26 bd. Carol Ier
700750 Iași

 
écoutez



Lista admisilor la sesiunea de examene DELF Scolaire 2014 :
• IASI:
• GALATI: 

Instiut Français de Iași Instiut Français de Iași

26 bd. Carol Ier
700750 Iași

 
écoutez

Du 20 au 21 juin 2014

 


Pentru cea de-a opta ediție a Nopții Institutelor Culturale, care se va desfășura vineri, 20 iunie, începând cu ora 18,
Institutul Francez & Delegația Valonia-Bruxelles, alături de Bistro Chez Elvire, au pregătit o noapte albă cu muzică franțuzească, jazz, repertoriu clasic și muzică electronică. Nu vor lipsi nici specialitățile culinare franțuzești, spectacolele de lectură și teatru.



 

Programul Institutului Francez din București pentru seara de 20 iunie:

 

18:00 - Concertul Kamerata Kronstadt. Solist Răzvan Suma, dirijor Cristian Oroșanu – sala de cinema Elvire Popesco

 

A.Vivaldi - Concertul pentru orchestră de coarde ȋn Re major, RV 121

W.A.Mozart - Mica serenadă în Sol Major, KV 525

J.Haydn - Concertul pentru violoncel și orchestră ȋn Do major, no. 1


19:30 - Spectacol de lectură și muzică susținut de Școala Centrală din București – Atrium

 

Spectacolul propune fragmente din romanul Moderato cantabile cu ocazia centenarului Marguerite Duras.

Participă elevii Școlii Centrale: Maria Brobonea, Valentin Cîrciumaru, Ștefan Minciu, Miriam Pârvu, Cristiana Petreacă, Marcela  Vulpe. 

 

19:30 - Concertul cvartetului Allegria acompaniat de pianista Silvia Neamțu – sala de cinema Elvire Popesco

 

Seara debutează cu un concert al grupului Allegria musical format din tineri muzicieni și absolvenți ai Universității de Muzică din București. Sopranele Alexandra Moroiu și Anca Cecilia Paulet, împreună cu tenorul Sergiu Chirilă, vor fi acompaniați la pian de Silvia Neamțu.

 

Concertul este intitulat L’amour toujours, în program fiind piese ale celor mai renumiți compozitori francezi, cuprinzând toate perioadele stilistice, dintre care: Jean Baptiste Lully, Georges Bizet, Leo Delibes, Francis Poulenc, Gabriel Faure, Maurice Ravel & Claude Debussy.

 

20:00 – Spectacol de marionete cu Trupa de Teatru Licurici de la Biblioteca Metropolitană (RO) - Atrium


20:30 - Concert de jazz Jan Rzewski, saxofon, în duo cu Emmanuel Louis, chitară, oferit de Delegația Valonia-Bruxelles – terasa Chez Elvire

 

În emulsia nebănuită care servește drept călăuză acestui duo, codurile convenționale necesare interpretărilor compozițiilor lui Jan Rzewski alternează cu magia momentelor aferente exploziilor improvizate. Dintr-o lejeră și zâmbitoare dorință de a jongla, pasajele articulate se îmbină cu elemente câteodată latente, silențioase sau cu farse, care apar într-o curiozitate a momentului aproape de nedescris.


21:30 - Concert de cântece franțuzești al grupului D’JAYAN – terasa Chez Elvire

 

D’JAYAN (Eva Christea, Loran Bigot) reunește diferiți interpreți care ne poartă într-o călătorie prin vise și speranțe. Nu e vorba doar de simple cântece, va fi un spectacol muzical. Prin melodiile lor atrăgătoare, D’JAYAN ne oferă o călătorie prin diverse stiluri muzicale.


23:00 - BICA - DJ set cu muzică electronică – terasa Chez Elvire

 

Bica este un producător-DJ cu un apetit uriaș pentru tot ceea ce înseamnă muzică disco, funk și house. Este pasionat de instrumente muzicale de tot felul, cu precădere de sintetizatoare și chitară. Face parte din echipa de la Nicecream.fm, unde în diferite formule estivale și cămăși înflorate aduce beat-uri eclectice și cocktailuri nutritive de funk/groove în cluburile bucureștene.

 

 

 

 

Noaptea Institutelor Culturale este un proiect al Clusterului EUNIC București (Rețeaua Europeană a Institutelor Culturale Naționale), coordonat în 2014 de Delegația Valonia-Bruxelles și organizat de British Council, Centrul Ceh, Centrul Cultural Turc „Yunus Emre”, Delegația Valonia-Bruxelles, Forumul Cultural Austriac, Fundația Culturală Greacă, Goethe-Institut, Institutul Balassi - Institutul Maghiar din București, Institutul Cervantes, Institutul Cultural Român, Institutul Francez din București, Institutul Italian de Cultură și Institutul Polonez, împreună cu Reprezentanța Comisiei Europene în România și Biroul de Informare al Parlamentului European în România.

 

 

 
écoutez

25 juin, 21h, La Cizmărie, Cluj

 

Prix Mondomix Babel Med Music 2013
Avec l'appui de l'Institut français de Paris

Les albums de Wanlov Kubolor ont repoussé les limites de la culture afro-pop. Wanlov a introduit avec succès dans le monde de la musique cette sensibilité Afro-gypsy. Emmanuel Owusu-Bonsu (Wanlov) est né en Roumanie d'une mère roumaine et d'un père ghanéen, Wanlov a grandi par la suite au Ghana. Son terrain artistique est nourri de son histoire personnelle : il incarne la rencontre d'une double culture et son album a vu le jour grâce à l'appui du dispositif Visa pour la création de l'Institut français avec une résidence à la Cité des Arts à Paris.

 

Le concert de Wanlov & the Afro-Gypsy Band, prix Mondomix 2013 au festival Babel Med à Marseille, aura lieu dans cinq villes en Roumanie du 15 au 25 juin 2014 : Buzău, Ploieşti, Bucarest, Constanţa, et Cluj-Napoca. L'organisation sera assurée par l'Institut français de Roumanie, le groupe faisant partie du Programme Equation Musique de l'Institut français de Paris et de l'Organisation internationale de la Francophonie.

 

Adresse La Cizmarie : Str. Samuil Micu, nr. 6

 
écoutez

Le mercredi 25 juin 2014 à 17h / A la Fabrica de Pensule

59-61 rue Henri Barbusse, 2ème étage / Cluj-Napoca

 

L'Institut Culturel Français de Cluj et Urban Balkan Project vous invitent à la projection du documentaire Santier în Lucru - Les villes d'après

le 'premier' film sur le développement urbain en Roumanie.

 

En présence de Sindy Quéré, Guillaume Lebon et Bénédicte Vacquerel (les réalisateurs), la projection donnera suite

à une discussion ouverte avec la salle.

 

ŞANTIER ÎN LUCRU - Les villes d’après, témoigne du renouveau d'une Roumanie qui parachève sa transition économique et politique. A partir de l'analyse de trois villes emblématiques (Cluj-Napoca, Iasi et Constanta), le film décrypte les rouages « d’une démocratie anarchique » qui menacent les équilibres écologiques, sociaux et urbains et analyse comment la génération postcommuniste insuffle de nouveaux modes de « faire la ville ».

Un film produit par Enfin Bref et Urban Balkan Project.

Bande annonce : http://vimeo.com/66597336

Avec le soutien du CNC et de la Région Aquitaine
Paris - novembre 2013 - 83 min

 

 

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles !

 

---------------------------------------------

 

Inscriptions : facebook.com/urban.projet

Informations : urbanbalkanproject.wordpress.com / urbanbalkanproject@gmail.com

 

 


 

 
 
 
écoutez

 

Institutul Francez din București vă invită pe data de 17 iunie, ora 19:00, la Teatrul L.S. Bulandra, sala Liviu Ciulei (Izvor), la spectacolul de excepție Amore e carne / Iubire și carne, semnat Pippo Delbono și Alexander Bălănescu.

 

Îl regăsim pe Pippo Delbono în forma neaşteptată a unui spectacol-concert. Această nouă piesă a regizorului şi actorului italian ne vorbeşte despre întâlnirea lui cu compozitorul şi violonistul Alexander Bălănescu, fost elev al lui Pinchas Zukerman şi Itzhak Perlman. O întâlnire, amestec de muzică şi poezie, ce subliniază pasiunea comună a celor doi pentru vioară.

 

Pornind de la versurile lui Rimbaud, Pippo Delbono își dedică spectacolul maeștrilor, marilor scriitori ai secolului XX: Pasolini, Artaud, Eliot și Whitman. O narațiune asemănătoare unei incantații, pentru care muzica a fost creată de către Alexander Bălănescu. Asemenea unui suflet care suspină, notele vioarei se îmbină cu frazele grave rostite pe scenă. Între experiența morții și dorința de a trăi, munca lor rezultă într-un concert la patru mâini.

 

 

 

 

" Ce concert est ma rencontre avec le violon. Le violon que mon père jouait le soir quand il rentrait du boulot. Il violon que après il a vendu. Et que donc je n’ai plus entendu.Le violon que appartient à un lien présumé de ma famille avec Nicolò Paganini. Le violon du démon. Quand j’ai entendu Balanescu jouer le violon j’ai entendu dedans lui ces notes qui sortaient comme des cris de l’âme. J’ai entendu encore ces notes que ne me laissaient dormir la nuit quand j’étais petit. Et j’ai entendu en lui le chant d’autres vies, des exils, des orgueils d’un peuple, le chant d’une terre belle et amère : Roumanie. La voix et le violon se sont rapprochés en se mélangeant avec les paroles de Pasolini, de Rimbaud, de Whitman, d’ Eliot, pour essayer de retrouver ces fils rouges secrets, magiques peut-être, qui relient les gens, les histoires, au-delà des différences, au-delà des nations, des langues, au-delà de l’être encore ici vivants, au-delà de l’être déjà partis. Qui sait, peut-être la musique est ce récit secret qui relie, et que donne de l’harmonie aux choses. ”

- Pippo Delbono

 

 

 

Alexander Bălănescu este un compozitor prolific şi, de asemenea, unul dintre cei mai vizionari şi mai incitanţi violonişti ai vremurilor noastre. S-a născut în România iar la vârsta de 7 ani începe să urmeze cursurile Şcolii Speciale de Muzică din Bucureşti, unde îi are ca profesori pe Dolly Koritzer, Garabet Avakian şi Ştefan Gheorghiu. Apoi îşi continuă studiile la Academia Rubin de la Ierusalim alături de Iair Kless, la Trinity College din Londra alături de Bela Katona şi la Julliard School din New York în perioada 1975-1979 alături de Dorothy Delay, luând de asemenea parte la cursuri cu Pinchas Zukerman. În 1979 Bălănescu devine liderul Ansamblului Michael Nyman alături de care susţine turnee mondiale vreme de 15 ani, ocupând în acelaşi timp şi poziţia de lider al Ansamblului Gavin Bryars. În 1987, Alexander Bălănescu îşi formează propriul cvartet. Bălănescu Quartet a lucrat îndeaproape atât cu Michael Nyman, Gavin Bryars şi Kevin Volans, cât şi cu muzicieni din lumi muzicale diferite precum John Lurie, David Byrne, Keith Tippett, Carla Bley, Rabih Abou Khalil, Spiritualized şi the Pet Shop Boys. Dinamismul cvartetului şi abordarea sa inovatoare a repertoriului duc la spectacole pe 4 continente în diferite locaţii, de la cluburi intime la stadioane.

 

Pippo Delbono, scriitor, actor și regizor, s-a născut la Varazze, Italia, în 1959. Și-a început studiile de teatru clasic, apoi, în Danemarca, a studiat principiile teatrului oriental printr-un antrenament riguros al corpului și a vocii. Mai târziu, în Germania, a fost invitat de către Pina Bausch să se alăture laboratorului ei. La începutul anilor 1980, fondează Compania Pippo Delbono, alături de care creează cele mai multe spectacole, de la Il Tempo degli Assassini (1987) la Orchids (2013). Alături de investigările asupra persoanelor marginalizate, Pippo Delbono investighează de ani buni limbajul filmului.  În iunie 2013, filmul său, Amore Carne (câștigătorul Marelui Premium de la Festivalul de Film Nyon din Elveția) a fost distribuit în Italia și Franța, după ce a fost proiectat în secțiunea Orizzonti la Festivalul Internațional de Film de la Veneția, ediția a 68-a din 2011.

 

Printre premiile care i-au fost decernate se numără Premiul Ubu pentru Barboni, Premiul Criticilor pentru Guerra, Premiul Olimpic pentru Inovația Teatrală pentru Gente Di Plastica și Urlo, iar în 2009, la Wroclaw, Polonia, a primit Premiul European pentru Noi Realități Teatrale.

Dopo la Battaglia, cu participarea violonistului Alexander Bălănescu și Marie-Agnès Gillot, a câștigat în 2011 premiul Ubu pentru Cel mai bun spectacol.

 

 

Pippo Delbono (concept) - Alexander Balanescu (vioară)

Compagnia Pippo Delbono (producţie) - Emilia Romagna Teatro Fondazione (coproducţie) cu Pippo Delbono

 
écoutez

Du 17 au 19 juin 2014

Ramona Poenaru & Gaël Chaillat

 

DES CHÂTEAUX EN L’AIR

 

présentent

UNE CABANE EN VILLE

installation videomapping

inspirée de Walden ou La vie dans les bois de Henry David Thoreau

 

3 jours de performance

17 juin - 18:00 - CHAUFFAGE DE LA MAISON (vernissage)

18 juin - 18:00 - VISITEURS

19 juin - 18:00 - OÙ J'AI VÉCU ET POURQUOI J'AI VÉCU

 

SPAŢIU INTACT, Fabrica de pensule, 59-61 Henri Barbusse, etaj 2, Cluj

 

Ramona Poenaru et Gaël Chaillat présentent O CABANĂ ÎN CENTRU, résultat de leur résidence de six semaines à SPAȚIU INTACT / Fabrica de Pensule.

Inspirés de l'expérience du philosophe américain Henry David Thoreau (Walden ou La vie dans les bois), ils ont construit une cabane (en ville et en carton) et ont regardé le monde autour d'eux.

Dans leur cabane, ils ont posé trois chaises : une pour la solitude, la deuxième pour l'amitié, la troisième pour la société.

 

Pendant trois jours ils proposent trois performances :

 

Mardi 17 juin à 18h

CHAUFFAGE DE LA MAISON: architectures projetées en vidéo mapping et lecture de poésies - des écrits de Thoreau aux productions contemporaines des poètes du club de lecture Nepotu' lui Thoreau invités: Stefan Manasia, Emilia Zagrian, François Breda, Stefan Baghiu, Alexandru Vasies, George Chiriac...

 

Mercredi 18 juin à 18h

LES VISITEURS: une performance-discussion autour de la question "qu'est ce que ta cabane?"

Se réunissent ceux qui ont accompagné les artistes dans leur découverte de Cluj:

sociologue, activiste, écosophe, anthropologue, poète, architecte, libre penseur, photographe, historien, chercheur...

invités: Alexandru Bogus, Cristian Boboescu, Istvan Szakats, Iuliu Rațiu, Alin Barbir, Stefan Manasia, Emilia Zagrian, Valer Simion Cosma, Tiberiu Ciolacu, Csilla Konczei, Eliza Jurca, Patric Brad, Simona Ciotlaus...

 

Jeudi 19 juin à 18h

OÙ J'AI VÉCU ET POURQUOI J'AI VÉCU: une performance-action où l'objet "cabane" est central.

Entre équilibre fragile et écroulement, la cabane modifie sa forme et l'espace autour en fonction des interactions possibles avec les danseurs, performers et musiciens présents invités: participans au programme RAP (Rezidențe. Ateliere. Public), kata bodoki-halmen, Danaga…

________

 

DES CHÂTEAUX EN L'AIR

+4 0720 335 862

http://deschateauxenlair.jimdo.com

https://www.facebook.com/deschateaux.enlair

deschateauxenlair@gmail.com

 

production

Des châteaux en l’air

co-production

Institut Français, Ville de Strasbourg

 

résidence soutenue par

Fundaţia Culturală Intact

Institut Français Cluj-Napoca

Asociaţia 2580

 

sponsor

DS Smith

 

parteneri media

Vernisaje, Modernism

____________________

Programmations

Georgiana Buț

PR şi coordonator de programe

Relations publiques et coordonatrice de programmes

0040 - 743 130 023

contact@fundatiaintact.ro

Fundația Culturală Intact

www.fundatiaintact.ro

--

DES CHÂTEAUX EN L'AIR

spectacle | arts numériques

10, avenue Léon Dacheux

67100 Strasbourg France

mai/juin : résidence en Roumanie

+4 0720 335 862

http://deschateauxenlair.jimdo.com

www.facebook.com/deschateaux.enlair

 
écoutez

Lors des Journées de Cluj, L’Institut français a tenu un stand, en proposant un concours pour gagner un cours de français. Le but du jeu ; trouver des mots qui sonnent de la même façon en français et en roumain, même s’ils n’ont pas le même sens.

De mêmes racines latines, les deux langues ont des similitudes, et bien plus dans la sonorité que dans l’orthographe. Certaines étymologies de mots roumains viennent même directement du français.

 

Nombreux ont été les participants, et voici un florilège des mots trouvés :

« Gratis / Gratis » ; « Déjà / Deja » ;  « Ours / Urs » ; « Tour/Tur » ; «Vis-à-vis / Vizavi» ; « Pare brise – parbriz » ; « Merci – Mersi » ; « Chef – Şef » et le mot gagnant tiré au sort a été « Marche- arrière / Marşarier ». On trouve aussi des faux-amis, qui se prononcent de la même façon mais n’ont pas le même sens, tels que «Mal (peine) – mal (rivage) » ; « Pomme (fruit) / Pom (arbre) » ; « Rouge  (couleur) / Ruj (à lèvres) ».

 
écoutez

CURSURI INTENSIVE DE VARA PENTRU ADULTI
Nivele : A1, A2, B1, B2 (se determină pe baza unui test organizat de IFC, pe baza unei programări prealabile. Pentru informaâii suplimentare, vă rugăm să contactați secretariatul IFC)
Perioade : 30.06 – 11.07 sau 7.07 – 18.07
Program : de luni până vineri, de la ora 18 la 20.30, 25 de ore în total
Tarif : 360 de lei
 
Confirmări și înscrieri  până în 25.06.2014 (pentru prima perioadă)
Confirmări și înscrieri  până în 2.07.2014 (pentru a doua perioadă)
Institut Français de Cluj-Napoca Institut Français de Cluj-Napoca

I.I.C. Bratianu nr. 22
400079 Cluj-Napoca

 
écoutez

1.       Ateliere creative – Marionete (crearea unei povești în limba franceză, fabricarea marionetelor și punere în scenă, într-o atmosferă distractivă, relaxată, creativă și educativă)
 
Pentru copii cu vârste între 5 și 12 ani
Perioade : 23.06 – 27.06 sau 30.06 – 4.07
Program : de luni până vineri, de la ora 9 la 13, 20 de ore în total
Tarif : 250 lei
Confirmări până în 18.06.2014, înscrieri până în 20.06.2014
 
2.     Cursuri intensive de limba franceză pentru copii
 
Pentru copii cu vârste între 7 și 10 ani, respectiv 11 și 14 ani
Perioade : 23.06 – 4.07 sau 7.07 – 18.07
Program : de luni până vineri, de la ora 10 la 12, 20 de ore în total
Tarif : 250 lei
 
Confirmări până în 18.06.2014, înscrieri până în 20.06.2014 (pentru prima perioadă)
Confirmări până în 1.07.2014, înscrieri până în 3.07.2014 (pentru a doua perioadă)
 
 
écoutez

Du 11 au 22 juin 2014

Musée Ethnographique, Cluj-Napoca

Jusqu'au 22 juin

Avec plus de 5000 entrées vendues, l’exposition Rembrandt est un succès à Cluj, elle est ainsi prolongée de deux semaines jusqu'au 22 juin.

Sont exposés pas moins de 273 chefs-d’œuvre de Rembrandt van Rijn, restaurés par  le français Amand-Durand.

Une dernière visite guidée est organisée dans la seconde partie de l’exposition (paysages, nus, croquis, portraits d’hommes et de femmes) le dimanche 15 juin à partir de 11h, en français.

L’exposition a lieu au Musée Ethnographique, strada Memorandumului n°21 à Cluj, de 9h à 17h tous les jours sauf le lundi.

 
écoutez

Du 12 au 14 juin 2014

 

 

 

 

L'Institut français de Bucarest a le plaisir de vous inviter à une série de rencontres avec l’écrivain français Pascal Bruckner:

 

Le jeudi 12 juin 2014, à 18h, pour le lancement de la traduction en roumain de son livre Un bon fils, à la librairie Cărtureşti-Verona (rue Pictor Arthur Verona, 13-15).

 

Le vendredi 13 juin 2014, à 22h, pour la projection du film Lunes de fiel (réalisé par Roman Polanski), adaptation de son roman éponyme, suivie par une discussion avec le public, à la salle Elvire Popesco (Bd. Dacia, 77).

 

Le samedi 14 juin 2014, pour une journée dédiée à Pascal Bruckner qui sera marquée par une conférence autour du thème de la famille entre 16h et 17h30, une présentation de ses œuvres, entre 18h et 19h, suivie d’une discussion avec le public et une séance de dédicaces, dans l’Atrium de l’Institut français (Bd. Dacia, 77).

 

 

 
écoutez

 

 

L'Institut français de Bucarest sera fermé le 9 mai 2014.

 
écoutez

Va invitam sa consultati brosura 2014 a Institutului Francez Iasi, in paginile careia veti gasi detalii atat despre ofertele de cursuri de vara (pentru copii, adolescenti si adulti), de cursuri de franceza generala si specializata, cat si despre examenele, tarifele, reducerile oferite si conditiile de plata propuse de catre IFI:

 

 


Instiut Français de Iași Instiut Français de Iași

26 bd. Carol Ier
700750 Iași

 
écoutez

Le réalisateur français Nicolas Philibert est venu à Cluj à l’occasion du TIFF. Trois de ces films documentaires ont été présentés dans la catégorie 3x3, dont l’un est en compétition pour le Prix décerné par le Jury Jeune TV5 Monde.

Dans cet entretien il évoque notamment ses impressions lors de sa première visite en Roumanie, avant la chute du régime communiste

Parlez-nous de votre première visite en Roumanie

 

La première fois que je suis venu en Roumanie c'était en 1987, à l'invitation de l'Institut Français de Bucarest. Ces années-là, j'avais fait des films de montagne, d'alpinistes, et j'ai été invité pour montrer mes films et des films d'autres cinéastes. J'avais une sorte de carte blanche à l'Institut Français. Je suis donc arrivé avec une malle pleine de films de montagne, et j'ai passé quelques jours à montrer ces films, rencontrer le public et parler avec lui. La salle était pleine, les habitants de Bucarest étaient friands de toutes manifestations culturelles. Il y avait des débats après les films, on parlait de montagnes etc. mais on n'abordait surtout pas les questions qui fâchent, les questions politiques. Beaucoup de gens venaient me voir, m'attendaient à la fin des productions et me disaient qu'ils voulaient me parler, mais pas ici. Je leur demandais « D'accord où est-ce que vous voulez qu'on aille ?», ce à quoi ils répondaient « Dans un parc». « Pourquoi dans un parc, parce que dans dans un parc il n'y a pas de micro. Donc j'ai rencontré des tas de gens dans les parcs, et la première chose que les gens me disaient, quand ils venaient à ce rendez-vous, c’était en chuchotant : « Je vous en supplie Monsieur, faites moi sortir d'ici, je veux sortir d'ici. » J'étais confronté à cette détresse, j'étais totalement impuissant face à cette demande très forte mais j'ai quand même réussi à faire sortir un jeune alpiniste qui m'a fait la même demande, ou  plutôt  j'ai réussi à le faire inviter à un festival de cinéma de montagne en France.

 

Et il est resté ?

 

Il est resté un peu. Je crois qu'il a fini par revenir après la révolution (1989). Il a était un peu à la maison à ce moment, le temps de trouver une situation plus… un logement etc.

 

Vous saviez qu'il allait faire ça ?

 

Je m'en doutais. À cette époque, on n'osait pas dire les choses, il ne fallait pas trop parler. Les gens avaient une peur viscérale. Et donc tout était suggéré, tout était dit à demi-mot ; à vous de comprendre de quoi il était question. C'était une période difficile, il n'y avait pas de chauffage, rien à manger, les étales des boucheries étaient totalement vides, et sur les marchés, il n'y avait que des choux. Il y avait l’espèce de palais du Conducator (palais du peuple, de Ceaucescu)  qui était encore en construction à ce moment là et j'ai décidé d'aller le voir. J'étais accompagné par quelqu'un de l'Institut français. Mais quand j'ai commencé à prendre des photos, il s'est désolidarisé. Il a changé de trottoir. Il m'a dit que si je voulais faire des photos c'était à mes risques et périls, que lui, il ne me connaissait pas. Il m'a dit d'être discret car je prenais un risque. J'ai fais des photos de façon discrète, en cachant mon appareil. Je suis donc resté quelques jours, je suis revenu très impressionné notamment par la détresse des gens, la faim, le froid, la peur omniprésente.

 

La langue française en Roumanie, ça vous a étonné ?

 

J'étais très impressionné. Déjà dans l'avion, je me souviens que dans le vol Paris-Bucarest, je me suis retrouvé assis face à un Roumain, un peu âgé, professeur de littérature, et qui parlait un français impeccable, aussi bien ou peut être mieux que moi, une langue très belle, très châtiée. On a parlé pendant tout le vol. Je lui ai posé plein de questions sur cette langue roumaine. Il m'a dit que la langue roumaine est une langue à 90 % latine et à 10 % slave et il avait ajouté : « Et nous nous efforçons de ne pas utiliser ces 10 % ». Quand je suis arrivé, ce qui m'a frappé, pendant ces projections, c'est que tout le monde parlait ou comprenait le français. J'ai compris aussi que la bibliothèque de l'Institut français était extrêmement fréquentée. La littérature était un refuge, un moyen de s'évader. Il y avait comme un endroit où tout d'un coup, il n'y avait pas trop de censure. Les Roumains que j'ai rencontrés étaient très cultivés.

 

 

Vous souvenez-vous d'objets en particulier, des choses que vous avez vues,  peut-être des petites choses que vous avez pu ramener ?

 

Je n'ai rien ramené, je n'ai ramené que des souvenirs, des témoignages, des visages, aucun objet. Je dirais qu'il n'y avait rien ! Les gens ne parlaient que d'eux, que du manque. Je me souviens d'être aller chez une femme qui m'a raconté que pour avoir des œufs c'était très cher, très compliqué. Des œufs ! J’étais tout à coup propulsé au cœur de ça. Quelques mois plus tôt, j'avais eu une expérience en Chine, qui était à la fois semblable et en même temps différent. Il y avait aussi la peur du régime, la peur d'être dénoncé, d'être arrêté si on exprimait des opinions qui vont un peu à l’encontre du régime. La peur était là, mais je l'ai ressenti encore plus fortement en Roumanie, à ce moment là. J'avoue que quand j'ai vu, deux ans plus tard à la télévision, ce régime balayé, je me suis senti très concerné au fond.

 

Comment vous avez vécu ce moment ?

 

J'étais soulagé de voir cette chute, bien que ce ne soit pas le bon mot car en même temps c'était des images d'horreur, c’était une situation complexe. Ca a eu un grand impact médiatique en France à ce moment là.

 

Comment trouvez-vous la Roumanie maintenant ?

 

C'est une question qui m'est difficile de répondre, car je suis arrivé il n'y a pas longtemps, mais tout a changé. Il y a des magasins, des cafés, mais mes impressions ne sont que parcellaires. À chaque fois que je suis venu c'était pour des voyages-éclairs. On rencontre quelques personnes, dans un contexte particulier, le temps d'un festival, d'une projection. C'est une vision très succincte d'un pays. Il n'empêche qu'il y a des sentiments qui sont instantanés et immédiats...Rien à voir avec cette vision cauchemardesque qui était celle de 1987, heureusement.

Le documentariste français Nicolas Philibert est venu à Cluj à l’occasion du TIFF. Trois de ces films documentaires ont été présentés dans la catégorie 3x3, dont l’un est en compétition pour le Prix décerné par le Jury Jeune TV5 Monde.

 

Dans cet entretien il évoque notamment ses impressions lors de sa première visite en Roumanie, avant la chute du régime communisme…

 

 

Parlez nous de votre première visite en Roumanie

 

La première fois que je suis venu en Roumanie c'était en 1987, à l'invitation de l'Institut Français de Bucarest. Ces années-là, j'avais fait des films de montagne, d'alpinistes, et j'ai été invité pour montrer mes films et des films d'autres cinéastes. J'avais une sorte de carte blanche à l'Institut Français. Je suis donc arrivé avec une malle pleine de films de montagne, et j'ai passé quelques jours à montrer ces films, rencontrer le public et parler avec lui. La salle était pleine, les habitants de Bucarest étaient friands de toutes manifestations culturelles. Il y avait des débats après les films, on parlait de montagnes etc. mais on n'abordait surtout pas les questions qui fâchent, les questions politiques. Beaucoup de gens venaient me voir, m'attendaient à la fin des productions et me disaient qu'ils voulaient me parler, mais pas ici. Je leur demandais « D'accord où est-ce que vous voulez qu'on aille ?», ce à quoi ils répondaient « Dans un parc». « Pourquoi dans un parc, parce que dans dans un parc il n'y a pas de micro. Donc j'ai rencontré des tas de gens dans les parcs, et la première chose que les gens me disaient, quand ils venaient à ce rendez-vous, c’était en chuchotant : « Je vous en supplie Monsieur, faites moi sortir d'ici, je veux sortir d'ici. » J'étais confronté à cette détresse, j'étais totalement impuissant face à cette demande très forte mais j'ai quand même réussi à faire sortir un jeune alpiniste qui m'a fait la même demande, ou  plutôt  j'ai réussi à le faire inviter à un festival de cinéma de montagne en France.

 

Et il est resté ?

 

Il est resté un peu. Je crois qu'il a fini par revenir après la révolution (1989). Il a était un peu à la maison à ce moment, le temps de trouver une situation plus… un logement etc.

 

Vous saviez qu'il allait faire ça ?

 

Je m'en doutais. À cette époque, on n'osait pas dire les choses, il ne fallait pas trop parler. Les gens avaient une peur viscérale. Et donc tout était suggéré, tout était dit à demi-mot ; à vous de comprendre de quoi il était question. C'était une période difficile, il n'y avait pas de chauffage, rien à manger, les étales des boucheries étaient totalement vides, et sur les marchés, il n'y avait que des choux. Il y avait l’espèce de palais du Conducator (palais du peuple, de Ceaucescu)  qui était encore en construction à ce moment là et j'ai décidé d'aller le voir. J'étais accompagné par quelqu'un de l'Institut français. Mais quand j'ai commencé à prendre des photos, il s'est désolidarisé. Il a changé de trottoir. Il m'a dit que si je voulais faire des photos c'était à mes risques et périls, que lui, il ne me connaissait pas. Il m'a dit d'être discret car je prenais un risque. J'ai fais des photos de façon discrète, en cachant mon appareil. Je suis donc resté quelques jours, je suis revenu très impressionné notamment par la détresse des gens, la faim, le froid, la peur omniprésente.

 

La langue française en Roumanie, ça vous a étonné ?

 

J'étais très impressionné. Déjà dans l'avion, je me souviens que dans le vol Paris-Bucarest, je me suis retrouvé assis face à un Roumain, un peu âgé, professeur de littérature, et qui parlait un français impeccable, aussi bien ou peut être mieux que moi, une langue très belle, très châtiée. On a parlé pendant tout le vol. Je lui ai posé plein de questions sur cette langue roumaine. Il m'a dit que la langue roumaine est une langue à 90 % latine et à 10 % slave et il avait ajouté : « Et nous nous efforçons de ne pas utiliser ces 10 % ». Quand je suis arrivé, ce qui m'a frappé, pendant ces projections, c'est que tout le monde parlait ou comprenait le français. J'ai compris aussi que la bibliothèque de l'Institut français était extrêmement fréquentée. La littérature était un refuge, un moyen de s'évader. Il y avait comme un endroit où tout d'un coup, il n'y avait pas trop de censure. Les Roumains que j'ai rencontrés étaient très cultivés.

 

 

Vous souvenez-vous d'objets en particulier, des choses que vous avez vues,  peut-être des petites choses que vous avez pu ramener ?

 

Je n'ai rien ramené, je n'ai ramené que des souvenirs, des témoignages, des visages, aucun objet. Je dirais qu'il n'y avait rien ! Les gens ne parlaient que d'eux, que du manque. Je me souviens d'être aller chez une femme qui m'a raconté que pour avoir des œufs c'était très cher, très compliqué. Des œufs ! J’étais tout à coup propulsé au cœur de ça. Quelques mois plus tôt, j'avais eu une expérience en Chine, qui était à la fois semblable et en même temps différent. Il y avait aussi la peur du régime, la peur d'être dénoncé, d'être arrêté si on exprimait des opinions qui vont un peu à l’encontre du régime. La peur était là, mais je l'ai ressenti encore plus fortement en Roumanie, à ce moment là. J'avoue que quand j'ai vu, deux ans plus tard à la télévision, ce régime balayé, je me suis senti très concerné au fond.

 

Comment vous avez vécu ce moment ?

 

J'étais soulagé de voir cette chute, bien que ce ne soit pas le bon mot car en même temps c'était des images d'horreur, c’était une situation complexe. Ca a eu un grand impact médiatique en France à ce moment là.

 

Comment trouvez-vous la Roumanie maintenant ?

 

C'est une question qui m'est difficile de répondre, car je suis arrivé il n'y a pas longtemps, mais tout a changé. Il y a des magasins, des cafés, mais mes impressions ne sont que parcellaires. À chaque fois que je suis venu c'était pour des voyages-éclairs. On rencontre quelques personnes, dans un contexte particulier, le temps d'un festival, d'une projection. C'est une vision très succincte d'un pays. Il n'empêche qu'il y a des sentiments qui sont instantanés et immédiats...Rien à voir avec cette vision cauchemardesque qui était celle de 1987, heureusement.

Le documentariste français Nicolas Philibert est venu à Cluj à l’occasion du TIFF. Trois de ces films documentaires ont été présentés dans la catégorie 3x3, dont l’un est en compétition pour le Prix décerné par le Jury Jeune TV5 Monde.

 

Dans cet entretien il évoque notamment ses impressions lors de sa première visite en Roumanie, avant la chute du régime communisme…

 

 

Parlez nous de votre première visite en Roumanie

 

La première fois que je suis venu en Roumanie c'était en 1987, à l'invitation de l'Institut Français de Bucarest. Ces années-là, j'avais fait des films de montagne, d'alpinistes, et j'ai été invité pour montrer mes films et des films d'autres cinéastes. J'avais une sorte de carte blanche à l'Institut Français. Je suis donc arrivé avec une malle pleine de films de montagne, et j'ai passé quelques jours à montrer ces films, rencontrer le public et parler avec lui. La salle était pleine, les habitants de Bucarest étaient friands de toutes manifestations culturelles. Il y avait des débats après les films, on parlait de montagnes etc. mais on n'abordait surtout pas les questions qui fâchent, les questions politiques. Beaucoup de gens venaient me voir, m'attendaient à la fin des productions et me disaient qu'ils voulaient me parler, mais pas ici. Je leur demandais « D'accord où est-ce que vous voulez qu'on aille ?», ce à quoi ils répondaient « Dans un parc». « Pourquoi dans un parc, parce que dans dans un parc il n'y a pas de micro. Donc j'ai rencontré des tas de gens dans les parcs, et la première chose que les gens me disaient, quand ils venaient à ce rendez-vous, c’était en chuchotant : « Je vous en supplie Monsieur, faites moi sortir d'ici, je veux sortir d'ici. » J'étais confronté à cette détresse, j'étais totalement impuissant face à cette demande très forte mais j'ai quand même réussi à faire sortir un jeune alpiniste qui m'a fait la même demande, ou  plutôt  j'ai réussi à le faire inviter à un festival de cinéma de montagne en France.

 

Et il est resté ?

 

Il est resté un peu. Je crois qu'il a fini par revenir après la révolution (1989). Il a était un peu à la maison à ce moment, le temps de trouver une situation plus… un logement etc.

 

Vous saviez qu'il allait faire ça ?

 

Je m'en doutais. À cette époque, on n'osait pas dire les choses, il ne fallait pas trop parler. Les gens avaient une peur viscérale. Et donc tout était suggéré, tout était dit à demi-mot ; à vous de comprendre de quoi il était question. C'était une période difficile, il n'y avait pas de chauffage, rien à manger, les étales des boucheries étaient totalement vides, et sur les marchés, il n'y avait que des choux. Il y avait l’espèce de palais du Conducator (palais du peuple, de Ceaucescu)  qui était encore en construction à ce moment là et j'ai décidé d'aller le voir. J'étais accompagné par quelqu'un de l'Institut français. Mais quand j'ai commencé à prendre des photos, il s'est désolidarisé. Il a changé de trottoir. Il m'a dit que si je voulais faire des photos c'était à mes risques et périls, que lui, il ne me connaissait pas. Il m'a dit d'être discret car je prenais un risque. J'ai fais des photos de façon discrète, en cachant mon appareil. Je suis donc resté quelques jours, je suis revenu très impressionné notamment par la détresse des gens, la faim, le froid, la peur omniprésente.

 

La langue française en Roumanie, ça vous a étonné ?

 

J'étais très impressionné. Déjà dans l'avion, je me souviens que dans le vol Paris-Bucarest, je me suis retrouvé assis face à un Roumain, un peu âgé, professeur de littérature, et qui parlait un français impeccable, aussi bien ou peut être mieux que moi, une langue très belle, très châtiée. On a parlé pendant tout le vol. Je lui ai posé plein de questions sur cette langue roumaine. Il m'a dit que la langue roumaine est une langue à 90 % latine et à 10 % slave et il avait ajouté : « Et nous nous efforçons de ne pas utiliser ces 10 % ». Quand je suis arrivé, ce qui m'a frappé, pendant ces projections, c'est que tout le monde parlait ou comprenait le français. J'ai compris aussi que la bibliothèque de l'Institut français était extrêmement fréquentée. La littérature était un refuge, un moyen de s'évader. Il y avait comme un endroit où tout d'un coup, il n'y avait pas trop de censure. Les Roumains que j'ai rencontrés étaient très cultivés.

 

 

Vous souvenez-vous d'objets en particulier, des choses que vous avez vues,  peut-être des petites choses que vous avez pu ramener ?

 

Je n'ai rien ramené, je n'ai ramené que des souvenirs, des témoignages, des visages, aucun objet. Je dirais qu'il n'y avait rien ! Les gens ne parlaient que d'eux, que du manque. Je me souviens d'être aller chez une femme qui m'a raconté que pour avoir des œufs c'était très cher, très compliqué. Des œufs ! J’étais tout à coup propulsé au cœur de ça. Quelques mois plus tôt, j'avais eu une expérience en Chine, qui était à la fois semblable et en même temps différent. Il y avait aussi la peur du régime, la peur d'être dénoncé, d'être arrêté si on exprimait des opinions qui vont un peu à l’encontre du régime. La peur était là, mais je l'ai ressenti encore plus fortement en Roumanie, à ce moment là. J'avoue que quand j'ai vu, deux ans plus tard à la télévision, ce régime balayé, je me suis senti très concerné au fond.

 

Comment vous avez vécu ce moment ?

 

J'étais soulagé de voir cette chute, bien que ce ne soit pas le bon mot car en même temps c'était des images d'horreur, c’était une situation complexe. Ca a eu un grand impact médiatique en France à ce moment là.

 

Comment trouvez-vous la Roumanie maintenant ?

 

C'est une question qui m'est difficile de répondre, car je suis arrivé il n'y a pas longtemps, mais tout a changé. Il y a des magasins, des cafés, mais mes impressions ne sont que parcellaires. À chaque fois que je suis venu c'était pour des voyages-éclairs. On rencontre quelques personnes, dans un contexte particulier, le temps d'un festival, d'une projection. C'est une vision très succincte d'un pays. Il n'empêche qu'il y a des sentiments qui sont instantanés et immédiats...Rien à voir avec cette vision cauchemardesque qui était celle de 1987, heureusement.

 
écoutez

 

Institutul Francez din București vă invită pe data de 13 iunie, ora 19 :00, la Teatrul L.S. Bulandra, Sala Liviu Ciulei (Izvor), la spectacolul POUR TOUT L'OR DU MONDE / PENTRU TOT AURUL DIN LUME, ce poartă semnătura coregrafică și este interpretat de Olivier Dubois.

 

Acesta a debutat în lumea dansului la 23 de ani. În ciuda fizicul său ce nu corespunde canonului balerinilor, spectacolele sale se bucură de decenii de mare succes. A colaborat cu Cirque du Soleil și coregrafi precum Angelin Preljocaj, Jan Fabre, Karine Saporta sau Sasha Waltz. Toate aceste experiențe l-au determinat să reflecteze asupra statutului și rolului dansatorului, a relației cu coregraful, spectatorul și repertoriul. Acest proces a dus la nașterea spectacolului POUR TOUT L'OR DU MONDE / PENTRU TOT AURUL DIN LUME în 2006. Spectacolul a fost un real succes la secțiunea Sujet à vif la Avignon, ceea ce l-a determinat să întemeieze Compania Olivier Dubois în 2007, care din 2014, odată cu numirea sa ca director al Centrului Național Coregrafic Roubaix Nord-Pas de Calais, a devenit Ballet du Nord Olivier Dubois.

 

În spectacolul POUR TOUT L'OR DU MONDE / PENTRU TOT AURUL DIN LUME, Olivier Dubois se află singur pe scenă având ca accesoriu o bară de dans, în timp ce, cu mult umor, pune problema vandabilității corpului în mișcare și a codificării dansului.

 

Olivier Dubois ține cursuri și ateliere în mod regulat la companiile de dans ale unor instituții precum Opera Națională din Viena, Școala Națională din Atena, Opera Națională din Cairo, Troubleyn/Jan Fabre, Baletul Preljocaj.

 

A fost votat unul dintre cei mai buni 25 de dansatori de către revista Dance Europe în 2011. Dubois este, de la 1 ianuarie 2014, directorul ‘Ballet du Nord’ - Centre National Chorographique Roubaix Nord-Pas de Calais.

 

POUR TOUT L'OR DU MONDE / PENTRU TOT AURUL DIN LUME e un spectacol realizat cu sprijinul Centrului Coregrafic Național de Dans Pantin (FR) și Polestars Londra (GB) și prezentat la București de Institutul Francez cu sprijinul BRD-Groupe Société Générale. Olivier Dubois prezintă acest spectacol și la Festivalul Internațional de Teatru de la Sibiu 2014.

 

 

 

 

 

 
écoutez

Du 04 au 30 juin 2014
FRANÇAIS ET ROUMAINS DANS LA GRANDE GUERRE
Casa Universitarilor (Club des Universitaires), strada Emmanuel de Martonne
Vernisage : 4 juin à 19h15
Exposition à l'occasion du centenaire de la Première Guerre Mondiale

 

En 1916, pendant que le conflit franco-allemand s'étend sur toute l'Europe, la Roumanie se joint aux Alliés. Pendant deux ans, les troupes françaises  seront présentes aux côtés des troupes roumaines pour réorganiser l'armée et pour participer ensemble à l'effort de guerre roumain.

 

Des photographies et des témoignages retracent, au fil cette exposition, des moments marquants de la Grande  Guerre.​ 
 
écoutez



„CARAVANA COPIILOR”:

ATELIERELE LUDICE ALE INSTITUTULUI FRANCEZ IAŞI
(16-20 IUNIE 2014)
Eveniment organizat in cadrul Festivalului International al Educatiei 2014

Consultati programul atelierelor gratuite: 

In avanpremiera activitatilor Clubului de vacanta de trei saptamani (iunie-iulie 2014), Institutul Francez Iasi invita copiii cu varste cuprinse intre 4 si 12 ani sa participe la atelierele ludice GRATUITE din saptamana 16-20 iunie, Découvrons le français par le jeu et la lecture, care vor avea loc in cadrul Caravanei copiilor:
• Atelierele „Chante, joue, bricole, apprends!” (pentru copii de 4-6 ani şi 7-10 ani).
• Atelierele de sensibilizare la lectura „Lecteurs en herbe”:
- „Jouez avec Mi et Moi”: pentru copii de 4-6 ani;
- „L’Ogresse et les sept chevreaux”: pentru copii de 7-12 ani;
- „Tu seras funambule comme papa”: pentru copii de 7-12 ani;
- „Olli, le petit éléphant”: pentru copii de 7-12 ani.
• Atelierele de improvizatie teatrala pentru liceeni: Le Petit Prince
• Recital interactiv in franceza cu participarea coralei „Mélodie” a Institutului Francez Iasi

Parintii pot participa alaturi de copii la ateliere, in limita locurilor disponibile. Inscrierile se fac in perioada 2-14 iunie, individual sau prin intermediul profesorilor/educatorilor.

Copiii participanti la atelierele GRATUITE vor beneficia de o reducere de 10% la inscrierea pentru Clubul de vacanta 2014!


Programul detaliat va fi disponibil se www.institutfrancais.ro (pagina Iasi) si pe pagina de Facebook a Institutului Francez Iasi, incepand de luni, 2 iunie.

Evenimentele vor avea loc in cadrul Institutului Francez Iasi, bd. Carol I nr. 26.


CURSURI INTENSIVE DE VARA PENTRU COPII, ADOLESCENTI SI ADULTI, LA IFI
23 iunie- 25 iulie 2014
Inscrieri pana pe 30 iunie


Institutul Francez Iasi organizeaza in perioada 23 iunie-25 iulie 2014 cursuri de vara pentru copii, adolescenti si adulti, astfel:

I. CURSURI INTENSIVE DE LIMBA FRANCEZA PENTRU COPII SI ADOLESCENTI
Cautati o activitate placuta si utila pentru vacanta copilului dumneavoastra? V-ati gandit ca una dintre cele mai bune investitii pentru copilul dumneavoastra este invatarea limbilor straine? Va asteptam pentru a va conduce copilul intr-o lume de poveste.

I.a. Clubul de vacanta
Cursurile sunt adaptate publicului tanar, pe paliere de varsta, si propun un mod de lucru interactiv si agreabil. Elevii sunt incurajati sa-si valideze competentele, obtinand o diploma internationala DELF (DELF Prim, pentru ciclul primar, si DELF Junior, pentru gimnaziu).
Cursurile intensive de vara pentru cei mici cuprind ateliere tematice si activitati ludice: teatru de marionete construite chiar de copii, cantece, ghicitori, jocuri in limba franceza.

Structura: 3 saptamani, zilnic cate 2 ore
Loc de desfasurare: Caravana Institutului Francez Iasi/Bibliobus des enfants, autobuz special utilat pentru a-i primi pe prichindei si a-i conduce in aventura vacantei de vara „à la française”!

I.b Modul intensiv (iunie-octombrie) de pregatire a examenelor DELF Junior, sesiunea noiembrie 2014
Diplomele DELF sunt utile atat elevilor care doresc sa se inscrie la liceu in clase bilingve, elevilor de liceu care vor avea doua probe de limbi straine la bacalaureat (DELF-ul putand fi echivalat cu una dintre ele), cat si elevilor de gimnaziu, in contextul noilor reglementari ale Legii Educatiei: Portofoliului educational al elevului necesar la admiterea la liceu.
Valabile pe viata, diplomele DELF sunt recunoscute international, atat pentru studiile universitare in spatiul francofon, cat si in viitoarea cariera.

Structura: iunie-octombrie 2014
Loc de desfasurare: Colegiul National Iasi

I.c. Franceza pentru cei mici
Curs optional de initiere in limba franceza pentru gradinite (grupele mijlocie si mare), acreditat de Ministerul roman al Educatiei Nationale.
Inscrierile vor avea loc in gradinite pana la sfarsitul lunii iunie pentru anul scolar 2014-2015. 

Structura: septembrie 2014-iunie 2015
Loc de desfasurare: gradinite din Iasi

II. CURSURI INTENSIVE DE LIMBA FRANCEZA PENTRU ADULTI
Un atu real pentru ocuparea unui loc de munca in Franta si in tarile francofone!

Institutul Francez Iasi este unicul centru de examene din zona Moldovei care elibereaza diplome si atestate de limba franceza recunoscute international. Cursurile oferite de IFI asigura cunostinte generale si specifice de limba, cultura si civilizatie franceza intr-un mediu placut si antrenant.
Cursantii au posibilitatea de a obtine atestate si diplome (DELF-DALF) care certifica utilizarea limbii franceze, in functie de nivel – A1, A2, B1, B2, C1, C2. Persoanele care doresc sa studieze in Franta sau sa emigreze in Canada pot sustine la IFI testele internationale TEF, e-TEF, TEFaQ, e-TEFaQ, e-TEF Canada.
Oferta de cursuri intensive are in vedere atat franceza generala, franceza afacerilor, franceza medicala, franceza pentru turism, cat si franceza juridica.

Structura: module intensive de 54 de ore, timp de 4 saptamani
Loc de desfasurare: Institutul Francez Iasi

Alte beneficii pentru cursantii Institutului francez Iasi:
• Abonament gratuit la Biblioteca multimedia a IFI pentru cursanti, pe durata cursului
• Reduceri de 10% pentru elevi, studenti si pensionari, membri ai aceleiasi familii, grupuri gata constituite (minimum 7 persoane)
• Posibilitate de plata prin Card
• Reduceri de 15% pentru posesorii de carduri ISIC, IYTC si ITIC • Reducere pentru cursurile A1 + A2, B2, C1
• Prioritate in obtinerea de invitatii la evenimentele culturale ale IFI

Inscrierile la cursuri se fac la sediul IFI, de luni pana joi, de la 09.00 la 18.00, si vineri de la 09.00 la 16.00.

Inscrierile la urmatoarele examene DELF-DALF, sesiunea 8-9 noiembrie 2014, se fac pana pe sambata, 31 octombrie.


Pentru inscrieri si informatii suplimentare:
Tel.: 0232.267.637, 0788.437.485 sau 0769.056.203;
E-mail: equipe.iasi@institutfrancais.ro;
Web: www.institutfrancais.ro (pagina Iasi);
Direct la sediul IFI: bd. Carol I nr. 26, Iasi (vizavi de Universitatea „Alexandru Ioan Cuza”, langa Arhivele Nationale Iasi), in intervalul orar indicat mai sus.

Instiut Français de Iași Instiut Français de Iași

26 bd. Carol Ier
700750 Iași

 
écoutez

 

Coperta. Accepta imaginile in mailul tau pentru a o putea vedea

Vineri 30 mai 2013, ora 18.00, va invitam sa-i intalniti pe Stanislas Pierret si Arnaud Littardi la standul Grupului Editorial Trei.

Autorii francezi vor lansa volumul Operatiunea Seruven.

Alaturi de Stanislas Pierret, Director al Institutului Francez din Bucuresti, si Arnaud Littardi se vor afla: Svetlana Carstean (scriitor) si Magdalena Marculescu (director editorial Grupul Editorial Trei).

 

 

Ahmed si Sinan, doi diplomati recunoscuti si apreciati, sunt trimisi in misiune la Paris, unde trebuie sa se asigure de buna desfasurare a unui amplu eveniment cultural.


"Operatiunea Seruven“ este menita sa schimbe imaginea tarii lor in Franta, cu ocazia aderarii Turciei la Uniunea Europeana.
Numai ca acest eveniment cultural atrage din partea potrivnicilor aderarii Turciei o rezistenta sustinuta de tot felul de tentative tragicomice de sabotare.


Fiind totodata jurnal de calatorie, thriller diplomatic si fabula filosofica, aceasta carte plina de umor si imposibil de inclus intr-o singura categorie inlatura bariere si face lumina intr-o lume a blocajelor administrative si a intereselor absconse.

In perioada 2004-2008, Stanislas Pierret a fost consilier cultural la Ankara, iar Arnaud Littardi director al Institutului Francez de la Istanbul. Pana atunci fiecare ocupase mai multe posturi diplomatice: primul la Praga si Budapesta, cel din urma la Quebec, Canberra si Atena.


In anii petrecuti in Turcia au lucrat impreuna si au legat o prietenie puternica. Astfel ca in 2008, cand a primit misiunea de a organiza evenimentul "Anotimpul Turciei" in Franta, Stanislas Pierret i-a cerut prietenului sau, Arnaud Littardi, sa-i fie complice si partener in acest demers. O aventura din care s-a inspirat cartea de fata, care combina ritmul detectivistic, jurnalul de calatorie si metafora filosofica.


Incepand din 2011, Stanislas Pierret este consilier de cooperare al Ambasadei Frantei in Romania si Director al Institutului Francez din Bucuresti.

 

 
écoutez

 

 

Exposition de marque-pages

 

suite au concours de création

 

« Les mots d’Antoine font des images »

 

 

du 2 au 18 juin 2014

 

10 mots pour commémorer 70 ans depuis la disparitiond'Antoine de Saint-Exupéry, le 31 juillet 1944

 

 

anniversaire, enfance, désert, sens, prince, guerre, terre, rêve, livre, avion

 

Les meilleures compositions sont récompensées par des prix.

 

 

 

 

 

 

 

 

Les musiques urbaines

 

du 19 au 30 juin 2014

 

 

Les musiques urbaines offrent une dynamique d’interaction entre les publics, les styles musicaux et les autres pratiques artistiques – que sont le théâtre de rue, le street art, les danses urbaines – qui font une partie des cultures populaires d’aujourd’hui.

 

 

Institut Français de Cluj-Napoca Institut Français de Cluj-Napoca

I.I.C. Bratianu nr. 22
400079 Cluj-Napoca

 
écoutez

Du 30 mai au 08 juin 2014

Programul filmelor in curtea INSTITUTULUI FRANCEZ CLUJ. Proiectii in aer liber sau in sala (in caz de ploaie)

 

JOUR 1 – ZIUA 1

30 mai

 

22:00 Masca Nebuniei (A masque of Madness), r. Norbert Pfaffenbichler (Austria, 2013)

categorie “Umbre”, 1h20

 

Synopsis: În acest film experimental, actorul britanic Boris Karloff (1887-1969) se transformă în 170 de personaje, dând naştere unei schizofrenice călătorii horror în care îşi înfruntă diverse versiuni ale lui însuşi, cu măşti diferite, la vârste diferite, de sexe şi rase diferite. Cum cariera lui Karloff s-a derulat pe mai bine de 50 de ani, de la filmul mut la cel modern, A Masque of Madness ne face să fim martorii evoluţiei estetice şi tehnice a cinema-ului.

 

 

JOUR 2  - ZIUA 2

31 mai

 

22:00 Bărbaţi de mingi, r. Kristóf Kovács (Ungaria, 2013)

1h08, categorie “Ziua Maghiara”

 

Synopsis: Besence este un sătuc în sudul Ungariei. Are 126 de locuitori, un bar şi e linişte. Sau măcar a fost, până când primarul Ignác a folosit fonduri europene pentru a construi terenuri de tenis şi o harbuzărie. Vor deveni localnicii campioni la tenis? Pot pepenii să reducă rata şomajului de la 98%? Şi câte mingi trebuie lovite pentru a scoate satul din letargie? Un lucru e sigur: antrenorul de tenis Kari nu are o misiune uşoară.

 

 

Cinema de provincier. Arthur Balint (Ungaria, 2007)

29 min, categorie “Cinema, Mon Amour”

 

Synopsis: Întotdeauna gol, un cinematograf de provincie îşi trăieşte ultimele zile. Înainte de începutul fiecărui film, proiecţionistul şi casiera îşi ţin respiraţia aşteptând cinefilii să le calce pragul. Dar ultima zi a cinematografului a sosit...

 

 

JOUR 3 – ZIUA 3

1 juin – 1 Iunie

 

22:00 Casa Radio (La Maison de la Radio), r. Nicola Philibert (Franţa, 2013) - in prezenta regizorului

1h43,  categorie “3x3 nicolas Philibert”

 

Synopsis: O călătorie în adâncul Radio France, călătorie în timpul căreia Nicolas Philibert încearcă să surprindă misterele unui mediu a cărui esenţă, sunetul, este invizibilă.

 

 

JOUR 4 – ZIUA 4

2 juin - 2 iunie

 

22:00 Şezătoare cu mâncare, (Soul Food Stories), r. Tonislav Hristov (Bulgaria/Finlanda, 2013)

1h10, categorie « Ce se intampla, Documentarule? »

 

Synopsis: Satovcha este un mic sat din Bulgaria, cu 2021 de locuitori de etnii şi religii diferite: bulgari ortodocşi, turci musulmani, pomaci şi romi evanghelişti. Despărţiţi de un trecut plin de conflicte, oamenii şi-au făcut drumul unii spre ceilalţi cu ajutorul unui mijloc simplu, mâncarea. Acum farfuriile de pe masă sunt încărcate cu mândrie, identitate de neam, prietenie şi un trecut comun, dar toate acestea vin cu un preţ...

 

 

 

 

JOUR 5 – ZIUA 5

3 juin – 3 iunie

 

22:00 Prânz la înălțime, (Men at Lunch) r. Sean O Cualain , (Irlanda, 2012) 

1h11, categorie « Focus Irlanda »

 

Synopsis: 11 fierari îşi iau prânzul pe o grindă de fier, picioarele bălăngănindu-li-se în aer deasupra New York-ului, cu Central Park şi un Manhattan înceţoşat la sute de metri sub ei. Cu toţii am văzut fotografia "Prânz pe vârful unui zgârie-nori", realizată în 1932. Fotografia a devenit emblematică pentru Marea criză economică americană, dar detaliile sunt încă necunoscute: niciunul dintre cei 11 bărbaţi şi nici fotograful nu au fost identificaţi exact. Când regizorul Sean O Cualain a dat peste o copie a fotografiei într-un pub dintr-un sat irlandez, cu precizarea că doi dintre bărbaţi erau originari din satul respectiv, s-a hotărât să cerceteze istoria fotografiei.

 

 

JOUR 6 – ZIUA 6

4 juin – 4 iunie

 

22:00 Procesele lui Muhammad Ali (The Trials of Muhammad Ali), r. Bill Siegel (USA, 2013)

1h32, categorie « Ce se intampla, Documentarule? »

 

Synopsis: Un documentar despre supereroul sportului care a ales credinţa şi conştiinţa în locul faimei şi a banilor, sfidând publicul american cu lupta sa împotriva Războiului din Vietnam şi convertirea la religia islamică. Imagini de arhivă îi aduc în centrul atenţiei atât pe cei care l-au ajutat, cât şi pe cei care i s-au opus, inclusiv pe mentorii săi, Malcolm X şi Elijah Muhammad.

 

 

JOUR 7 – ZIUA 7

5 juin – 5 iunie

 

22:00 Distrușii (Sickfuckpeople), r. Juri Rechinsky, (Austria, Ucraina, 2013)

1h15, categorie « Ce se intampla, Documentarule? »

 

Synopsis: Un triptic documentar despre un grup de tineri fără adăpost care au supravieţuit copilăriei dominate de droguri, au crescut şi şi-au început viaţa de adult. O poveste despre un băiat ce înfruntă comunitatea suprarealistă şi degenerată din satul natal în timp ce îşi caută mama. O poveste despre o fată însărcinată care vrea să dea naştere copilului ei ai cărui primi ani vor fi poate şi mai dificili decât ai ei. Dar surorile ei o obligă să avorteze.

 

JOUR 8 – ZIUA 8

6 juin – 6 iunie

 

22:00 Julia, r. Jackie Baier (Germania, Lituania, 2013)      

1h29, categorie “Ce se intampla, Documentarule?”

 

Synopsis: Ce determină un elev de la şcoala de arte să fugă de acasă şi să trăiască dându-se drept fată şi vânzându-şi trupul pe străzile Berlinului? Timp de mai bine de zece ani, J. Jackie Baier a urmărit-o pe Julia K., din oraşul de baştină, Klaipeda din Lituania, până la viaţa dură şi în afara legii de pe străzi, ca prostituată.

 

 

 

 

 

 

JOUR 9 – ZIUA 9

7 juin – 7 iunie

 

22:00 Repertoriul (The Rep) r. Morgan White (Canada, 2012) 

1h39, categorie « Cinema, Mon Amour »

 

Synopsis: Repertoriul prezintă primul an de activitate al lui Alex, Charlie şi Nigel şi încercările lor de a-şi transforma cinematograful, The Toronto Underground Cinema, într-un succes în lumea muribundă a cinematecilor. O incursiune în lupta pentru supravieţuire a cinematografelor cu un singur ecran, documentarul prezintă şi ce înseamnă cinemateca nord-americană, încă regină în vibranta lume a consumului de cinema.

 

23h40 FESTIVAL INTERNATIONA DES TRES COURTS : scurtă proiecţie a celor 3 filme câştigătoare în selecţia românească şi acordarea premiilor. Evenimentul va fi însoţit de un pahar de vin şi de o supă fierbinte.

 

 

JOUR 10 – ZIUA 10

8 juin – iunie

 

22:00 Explozia demografică (Population Boom) r. Werner Boote (Austria, 2013)

1h30, categorie « EcoTIFF »

 

Synopsis: O binecunoscută viziune de coşmar asupra viitorului: populaţia globului ajunge la şapte miliarde. Resursele în scădere, munţii de deşeuri toxice, foametea şi schimbările climei sunt toate rezultatul suprapopulării? Cine spune că lumea este suprapopulată? Regizorul Werner Boote călătoreşte pe glob pentru a examina această longevivă şi încăpăţânată viziune asupra lumii. Dar el pune o întrebare cu totul diferită: cine şi ce se află la baza acestei viziuni catastrofice?

 

Institut Français de Cluj-Napoca Institut Français de Cluj-Napoca

I.I.C. Bratianu nr. 22
400079 Cluj-Napoca

 
 
écoutez

Du 30 mai au 08 juin 2014

Film - documentaires

Du 30 mai au 8 juin

Institut français Cluj, Cinema Victoria, Cinema Arta

Cette année, le Transylvanian and International Film Festival rend hommage à un talentueux documentariste français, Nicolas Philibert, dans le cadre de la section 3X3. Trois de ces documentaires particulièrement salués par la critique et le public vont être projetés, dont « La maison de la Radio » dans la cour de l’Institut français de Cluj.

 

Nicolas Philibert n’aime pas l’appellation « documentariste », qui met une étiquette sur un genre en constante évolution, toujours à la frontière entre réalité et fiction. Il préfère dire qu’il a commencé par tourner un film documentaire, qui lui a donné envie d’en  réaliser un autre, et ainsi de suite jusqu’à maintenant. Il est né à Nancy en 1951. Après une licence de philosophie, il intègre finalement le milieu cinématographique en devenant assistant-réalisateur. Il co-réalise un premier film en 1978 avec Gérard Mordillart, « La voix de son maitre », en interviewant de grands patrons français à propos du pouvoir, de la hiérarchie, des syndicats… Depuis 1990, Nicolas Philibert réalise des longs métrages documentaires qui ont rencontré un grand succès.

Trois de ces documentaires sont donc au programme du TIFF 2014 : « Etre et avoir », qui relate le quotidien de l’unique classe d’un petit village auvergnat, a été récompensé en 2002 du prix Louis Delluc, et a conquis les publics en France et à l’étranger. « Nenette » a été tourné en 2010 à la ménagerie du Jardin des Plantes de Paris où l’on rencontre une femelle Orang-Outan, en captivité depuis 37 ans. Son dernier film, « La Maison de la radio » (2013), nous plonge au cœur de Radio France, à la découverte de ce qui échappe habituellement aux regards : les mystères et les coulisses d’un media dont la matière même, le son, reste invisible.

 

PROGRAMME

« Etre et avoir » :

30 MAI à 10h au Cinéma Victoria

3 JUIN à 12h au Cinema Arta

 « La Maison de la Radio » :

31 MAI à 12h30 au Cinéma Victoria

1 JUIN à 22h à l’Institut Français

 

« Nenette »

31 MAI à 14h30, Cinéma Arta

8 JUIN à 10h, au cinéma Victoria

 

Adresses :

Cinéma Victoria, 51 Boulevard Eroilor

Cinéma Arta, 3 rue Universitatii

Institut Français, 22 rue Bratianu

 

Pour plus d’informations : www.tiff.ro

 

Crédits photo : Lemonde.fr

Institut Français de Cluj-Napoca Institut Français de Cluj-Napoca

I.I.C. Bratianu nr. 22
400079 Cluj-Napoca

 
écoutez

Entretien avec les artistes du projet « Point of view », sculpture musicale monumentale installée rue Kogalniceanu, en anticipation au projet de libérer cet espace des voiture en le transformant en zone piétonne.

 

 Installation-spectacle dans le cadre des Journées de Cluj du 19 au 30 mai 2014

Projet organisé par l'Ordre des architectes et l'IF Cluj

 

Denis Tricot, sculpteur (D), Éric Cordier, musicien (E), Gilles Viandier, architecte (G)

 

Est-ce que vous avez un rôle respectif ?

D : Oui, il y a un sculpteur, un danseur et un musicien. Ce que nous faisons c'est un projet d'art mélangé. Nous sommes tous issus de formations différentes et nous mélangeons nos savoir-faire.

E : On a des spécialités mais nos rôles peuvent flotter. On empiète un peu sur le territoire du voisin.

Et c'est évident qu’avec l'introduction d'un danseur, on n'allait pas lui demander de danser sans effleurer les planches.

G : C'est aussi ce qui m'intéresse dans ce projet, c'est que je peux être aussi musicien

D : Tous les musiciens, dans la relation à l'instrument ont une gestuelle particulière. Là, il y a eu de l'effet particulier lié à la dimension de l'instrument et lié à la pratique. On n'a pas un geste de violoniste. Le choix par contre c'est qu’Éric joue avec les accessoires du musicien et moi je joue à mains nues. C'est en cela que je retrouve mon métier de sculpteur. Moi je ne peux jouer de la musique que si je joue de mes sculptures.

 

Parlez-nous de votre sculpture et de votre musique.

D : C'est une sculpture instrument. En cela, elle a un rôle, celui de faire entendre la musique.

E : C'est une sculpture qui intègre des éléments technologiques de lutherie. Il y a des éléments de lutherie très précis, que l'on retrouve aussi bien dans une guitare ou dans un violon, que dans cette sculpture.

D: Nous produisons une musique bruitiste, avec des sons de matériaux. Le problème des musiques bruitistes, c'est de trouver des écoutes.

Quand on écoute une musique qu'on n'a pas l'habitude d'entendre, ça lève toute de suite une tension terrible et les oppositions peuvent être très fortes. Par exemple, faire entendre de la musique classique à un auditeur de Jazz, ce n'est pas facile. D'où l'intérêt d'associer la sculpture à de la musique. On fait une pratique musicale contemporaine. C'est peu connu et peu fréquenté par le public. Du coup, grâce à tout ce qu'on met en œuvre, l'intervention monumentale sur l'espace public de la rédaction de la sculpture qui va surprendre et qui va occuper un  espace, l'interaction avec le geste dansé, fait que cette musique est écoutée par tout type de public.

 

Est-ce que vous qualifieriez cette production de disharmonie ?

D : c'est un des éléments la disharmonie

E : ça, ce n'est pas revendiqué, c'est-à-dire on est dans quelque chose qui n'est  pas accordé, qui ne va pas générer des mélodies. Mais on ne cherche pas la disharmonie pour la disharmonie.

 

Vous dites que vous n'accordez pas, mais je vous ai vu régler l'instrument sculpture

D : On peut dire qu'on accorde. Mais nous ne sommes pas dans les références de la musique. C'est une musique avec d’autres références. Les mélodies éventuellement on peut en croiser mais ce n'est pas notre recherche.

E : On fait un instrument qui n'est pas un instrument habituel, on cherche à travailler sur beaucoup de matières plus que sur des hauteurs de notes.

D : Mais il n'empêche que la hauteur de note existe aussi. Un accord de tierce, un accord de quinte ça va exister dans notre travail. Mais la recherche n'est pas là.

G: J'ai l'impression que ça créer aussi des atmosphères. Je suis souvent réactif à ce que ça créé, à ce que ça m'évoque corporellement, et en fait souvent j'entends soit des bruits de jungle, soit des bruits de tempête.

E : Les adultes ne donnent pas souvent des images, mais les enfants dans les écoles nous racontent des histoires de locomotive, de jungle.

 

Gilles, tu es toujours dans l'ampleur ou s'est quelque chose que tu pratiques en particulier sur l'instrument ?

G : Nous sommes que trois dans ce grand volume. J'essaye de gérer le visuel, d'être assez attentif pour que tout le monde puisse avoir un gros plan sur quelque chose. J'essaye, dans la danse, dans le mouvement, d'être au plus proche des choses qui peuvent toucher l'humain en général. Par exemple est ce que une main qui pivote c'est une aile ? J'essaye d'exprimer au maximum quelque chose qui pourrait toucher l'universel car pour moi dans cette sculpture il y a quelque chose qui touche à l'organique, qui touche à notre être profond. J'affirme aussi le côté tension. Pour moi dans cet instrument, qui paraît flotter, en fait c'est que des tensions. Du coup j'essaye d'affirmer cette tension à l'intérieur du corps pour produire le son.

 

Vous êtes dans l'improvisation ?

D: Totalement

 

Jamais vous ne vous retrouvez sur des segments que vous avez déjà expérimentés ?

E: Ça peut, mais on ne le recherche pas

D: On a des repères, on va les rechercher pour se retrouver, pour recréer une cohésion, donné de la  structure. Mais ce n'est jamais totalement les mêmes choses.

 

Vous jouez en plein air, à Cluj sur une route piétonne. Comment réagissez-vous face à votre environnement ? Par exemple, lors du spectacle auquel j'ai assisté, une voiture est arrivée...

E: Pour les voitures, on a été bien rodé pendant l'installation, ce qui fait que ça ne va pas nous  perturber pendant un spectacle. On le prendra en compte.

E: Un jour, il y avait quelqu'un qui testait son alarme de voiture. Si l'alarme s'était greffée sur le spectacle, je me serai greffé sur l'alarme.

G: On réajuste. Ça peut m'arriver d'improviser avec une personne. Si une rencontre se fait, c'est clair que je vais la prendre en compte.

D: Quand on improvise on prend tout en compte, on n'est pas dans une production déterminée.

 

Quand il y a eu la voiture, dans vos rôles respectifs, qu'est-ce qui se passe ?

D: D'une certaine façon, je m'en fous. Mon rôle est d'accompagner Gilles dans ce qu'il réalise, je suis son comportement. J'ai pris en compte la voiture car ça a modifié le comportement de Gilles.

G: J'ai changé le regard, observé son impulsion, j'ai senti qu’elle était plutôt dans l’expectation, puis elle a mis son clignotant donc j’ai compris qu’elle voulait tourner. J'ai accompagné son virage.

 

Cette musique est-elle faite pour être écoutée en dehors de l'aspect sculptural ?

E : Oui. Nous avons sorti un disque.

D : Ça intéresse plus un public de spécialiste et d'amateur de musique. La musique déconnectée du visuel, du geste, ne va pas intéresser tout le monde, ça s'est sûr. L'exploitation de l'enregistrement de la musique, c'est plus le travail d'Éric.

 

 
écoutez

 

PROGRAM:


Miercuri, 28 mai : Științe socio-umane

11.00 : Atelier de traduceri cu Bogdan Ghiu

14.30 : Paolo Quintili şi Vlad Alexandrescu
„Traducerea şi interpretarea filosofilor. Întrebări metodologice” urmată de o discuţie cu Vlad Alexandrescu pe tema lansării primului volum al Corespondenţei lui Descartes în română, coordonatorul ediţiei (Editura Polirom, 2014).

 



Joi, 29 mai : Cartea ilustrată și benzile desenate

15.00 : Reviste, fanzine, romane grafice. Piaţa editorială de bandă desenată din România. Cu Librăria Jumătatea Plină

16.00 : Banda benzilor desenate: critică, jurnalism independent şi comunităţi. Discuţie dirijată de Alin Răuţoiu și Mihai Iacob

17.00 : Emile Bravo, prezentare

18.00 : Atelier de ilustraţie cu Emile Bravo

 



Vineri, 30 mai : Literatura contemporană

11:00 : Atelier de limbă franceză pentru adolescenţi şi tineri - propus de Departamentul de cursuri de limbă al Institutului Francez

14:00 : Atelier de limbă franceză pentru adolescenţi şi tineri - propus de Departamentul de cursuri de limbă al Institutului Francez

16.00 : Improvizaţie teatrală alături de Alexandra Holban

18.00, Lansarea cărţii Operaţiunea Seruven de Stanislas Pierret şi Arnaud Littardi la standul Grupului Editorial Trei.

18.00 : Sorj Chalandon
Masă rotundă cu Ion Doru Mareş- traducător-, Denisa Comănescu -Director editura Humanitas Fiction. Drumul scriiturii : creaţie, traducere, publicare
Moderator : Gabriela Adameşteanu (Observator Cultural)

 

 


Sâmbătă, 31 mai : Miscelanee

11.00 : Vremea poveştilor / L’heure du conte alături de Isabelle Magny

12.00 : Atelier de scenariu de bandă desenată cu Alexandru Berceanu, scenaristul romanului grafic „Mickey pe Dunăre”, Jumătatea plină, 2014.

14.00 : Atelier lectură împreună cu Faustine Vega – librăria franceză Kyralina

16.00 : Proiecţie de imagini ale Bucureștiului lui Roger Vercel, 1918-1919 și lecturi.

 


Duminica, 1 iunie : Întoarcere asupra relaţiilor literare franco-române

11.00 : Numériludique împreună cu mediateca Institutului Francez

12:00 : Atelier de limbă franceză pentru copii - propus de Serviciul pentru cursuri de limbă al Institutului Francez

14.00 : Atelier de limbă franceză pentru copii - propus de Serviciul pentru cursuri de limbă al Institutului Francez